Canadian and international sex workers denied leave to intervene in Supreme Court Case on Prostitution Law

Date: May 2, 2013 Author: Mantis System Categories: Press Releases
Back

FOR IMMEDIATE RELEASE. 

Canadian and international sex workers denied leave to intervene in Supreme Court Case on Prostitution Law

May 2, 2013 -- Supreme Court Justice Richard Wagner has denied several prominent sex worker groups the opportunity to intervene in the Bedford v. Canada appeal, to be heard at the Supreme Court of Canada on June 13th, 2013. 

The constitutional challenge to the prostitution laws could strike down laws that have documented direct and negative impact on the lives and working conditions of sex workers, bosses, security people and other third parties as well as the lives of sex workers’ clients and partners.

All six sex worker groups seeking to intervene proposed to argue in support of the repeal of the three challenged prostitution laws that criminalize sex workers, our clients and the people we hire, work with and work for, on the grounds that these laws contravene our rights to liberty and security.

The POWER-Maggie’s-Stella coalition was the only intervener applicant representing sex workers from all sectors of the sex industry and multiple geographic regions in Canada. Our voices are essential to understanding the full impact of criminalization on both street and indoor sex workers, and particularly the impact of the criminalization of third parties (living on the avails) on all sex workers. Kara Gillies, a sex worker and long-time member of Maggie’s reflects that, “When POWER and Maggie’s intervened in Bedford at the Ontario Court of Appeal, we were able to share sex workers' perspectives and experiences that the Court would otherwise not have heard. It’s a shame that this time around, both sex workers and the judiciary will miss out.”

Émilie Laliberté, director at Stella and spokesperson for the Canadian sex worker coalition, states “The Supreme Court of Canada's unwillingness to take the voices and perspectives of sex workers into account -- in a hearing on laws with a major impact on their safety and dignity -- is incomprehensible to us.”

The International sex worker coalition was made of up three national sex worker organizations from Australia (Scarlet Alliance), Sweden (Rose Alliance), and the New Zealand Prostitutes’ Collective. “Collectively, we have expertise on a range of legislative frameworks for sex work, both criminal and decriminalized, and are well-positioned to speak to the negative impact of any form of criminalization on the safety and dignity of sex workers, our partners and loved ones, our clients and the third parties involved in sex work”, says Catherine Healy, coordinator of the New Zealand Prostitutes’ Collective and representative of the International Sex Worker Coalition. Sex work was decriminalized in New Zealand in 2003.

Katherine Van Meyl, member of POWER also states, “Sex workers are the real experts on the sex industry and know first-hand the impact of the criminal law on our safety and human rights. It is extremely concerning to us that the Supreme Court of Canada proposes to examine this case without the input of a broad cross-section of those most affected.”

Also rejected from intervening in the case was a national coalition of women’s anti-violence agencies that provide frontline services to sex workers, the Feminist Coalition.

POWER, Maggie's, Stella, Scarlet Alliance, Rose Alliance and the New Zealand Prostitutes’ Collective will continue to stand in solidarity with those challenging the prostitution laws and to advocate on behalf of sex workers.

-30-

POWER-Maggie's-Stella Coalition Spokesperson:
Émilie Laliberté, Stella
514-285-1599
stelladirection@videotron.ca
Stella is a community organization created and run by and for sex workers in Montreal. At Stella we provide support and information to sex workers so that we may live and work in safety and with dignity.

POWER Spokesperson:
Katherine Van Meyl
613-304-7427
katherine.van.meyl@gmail.com
POWER (Prostitutes of Ottawa-Gatineau Work, Educate and Resist) is a sex worker-led group that works for the human and labour rights of sex workers, envisioning a society in which sex work is valued as legitimate work and sex workers can practice their professions free of harassment, discrimination and violence.

Maggie’s is a support and advocacy organization run by and for sex workers based in Toronto with the mandate to support sex workers in their efforts to work and live in safety and dignity.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE : Français suivra...

La Cour Suprême du Canada refuse d’entendre des travailleuses du sexe du Canada et de l’international

Un des juges de la Cour Suprême du Canada, Richard Wagner, refuse d’entendre plusieurs organisations de travailleuses du sexe en rejetant leurs demandes d’intervenir dans l’appel du cas Bedford v. Canada, qui sera entendu par la Cour Suprême du Canada le 13 juin prochain.

Cette contestation judiciaire pourrait invalider certains articles de lois sur la prostitution dont les nombreux impacts ont été documentés. Ces lois affectent directement et négativement les vies et les conditions de travail des travailleuses et travailleurs du sexe, des gérant-es, de gardes de sécurité et autres tierces personnes, en plus d’affecter nos vies familiales et conjugales.

Les six groupes de travailleuses du sexe ayant appliqué pour un statut d’intervenant ont mis de l’avant des arguments afin d’appuyer le retrait des 3 sections contestées du code criminel qui criminalisent les travailleuses et travailleurs du sexe, nos clients et les personnes que nous engageons, qui nous engagent ou avec qui nous travaillons, le tout sur la base que ces lois contreviennent à nos droits à la liberté et à la sécurité.

La coalition canadienne formée des groupes communautaires POWER, Maggie’s et Stella était la seule coalition désirant intervenir en Cour Suprême qui représente des travailleuses du sexe de tous les secteurs de l’industrie du sexe, en plus de provenir de plusieurs régions du Canada. Nos voix sont essentielles pour faire comprendre l’étendu des impacts de la criminalisation tant sur les travailleuses et travailleurs du sexe de la rue, qu’envers celles et ceux qui travaillent de l’intérieur. Nous sommes aussi les mieux placé-es pour cerner et définir les impacts de la criminalisation des personnes qui nous offrent des services afin de rendre notre travail plus sécuritaire. Kara Gillies, une travailleuse du sexe membre depuis plusieurs années de l’organisme Maggie’s, fait valoir que ‘‘lorsque POWER et Maggie’s sont intervenus dans le cas Bedford au niveau de la Cour d’appel de l’Ontario, nous avons pu partager les perspectives de travailleuses du sexe et nos multiples expériences, qui autrement n’auraient pas été entendues par la Cour. C’est une honte que cette fois-ci,  la Cour, les juges et son audience ne pourront pas nous entendre.’’ 

Émilie Laliberté, directrice de l’organisme Stella et porte-parole de la coalition canadienne des travailleuses du sexe renchérit: ‘‘le refus de la Cour Suprême du Canada de prendre en compte les voix et perspectives uniques des travailleuses du sexe, dans une cause qui a des impacts majeurs sur notre sécurité, liberté et dignité, est inconcevable pour nous.’’

La coalition internationale est composée de trois organisations nationales de travailleuses et travailleurs du sexe dont Scarlet Alliance en Australie, la Rose Alliance en Suède, ainsi que le New Zealand Prostitutes Collective (NZPC). ‘‘Ensemble, nous avons une expertise importante concernant plusieurs modèles législatifs, et ce, tant pour les modèles de criminalisation que ceux de décriminalisation. Nous sommes bien positionnées pour parler des effets négatifs de toute forme de criminalisation sur la sécurité et la dignité des travailleuses et travailleurs du sexe, sur nos partenaires et nos êtres chers, nos clients et toute personne qui travaille de près avec nous’’, soutient Catherine Healy, coordonnatrice du NZPC et représentante de la coalition internationale des travailleuses du sexe. Le travail du sexe est décriminalisé en Nouvelle-Zélande depuis 2003.

Katherine Van Meyl de POWER poursuit : ‘‘les travailleuses et travailleurs du sexe sont les vrai-es expert-es de l’industrie du sexe et connaissent de près les impacts des lois criminelles sur leur sécurité et leurs droits humains. Il est extrêmement déconcertant que la Cour Suprême du Canada propose d’examiner ce cas sans l’avis d’une grande diversité des personnes directement affectées.’’

Soulignons que la Cour a également refusé d’entendre une coalition féministe pancanadienne rassemblant des groupes luttant contre la violence et qui offrent des services de première ligne aux travailleuses du sexe.

POWER, Maggie’s, Stella, Scarlet Alliance, Rose Alliance et le New Zealand Prostitutes’ Collective restons solidaires avec celles et ceux qui contesteront les lois sur la prostitution et nous poursuivons notre lutte pour les droits des travailleuses et travailleurs du sexe.

Porte-parole de la coalition POWER-Maggie’s-Stella

Émilie Laliberté, 514.285.1599
stelladirection@videotron.ca
Stella est un organisme communautaire créé par et pour les travailleuses du sexe à Montréal. À Stella, nous offrons support et informations aux travailleuses du sexe afin qu’elles puissent travailler en santé, en sécurité et avec dignité.

POWER
Katherine Van Meyl, 613.304.7427
POWER (Prostitue of Ottawa-Gatineau Work, Educate & Resist / Prostitué-es d’Ottawa-Gatineau Travaillent, Éduquent et Résistent) est un groupe de travailleuses et travailleurs du sexe qui lutte pour les droits humains et le droit au travail des travailleuses et travailleurs du sexe et qui envisage une société qui considère le travail du sexe comme un travail légitime et où les travailleuses et travailleurs du sexe peuvent travailler sans craindre le harcèlement, la discrimination et la violence.

MAGGIE’S
Maggie’s est une organisation par et pour les travailleuses du sexe qui offre support et informations à Toronto avec le mandat de supporter les travailleuses du sexe pour qu’elles vivent et travaillent en sécurité et avec dignité.